les Epinettes des Vosges de Christophe Toussaint
ÉPINETTES - FR
Text in english Texto en español
Nederlands Text auf Deutsch



 

Catalogue des épinettes, livres et disques...

Je n'utilise pour l'essentiel que des bois indigènes, tels les fruitiers (merisier, noyer, poirier, quetschier), l'érable sycomore, l'épicéa, le houx ; arbres desquels j'ai suivi ou bien souvent moi-même effectué le sciage et le séchage. Du débit de la planche à l'accordage final, toutes les opérations se déroulent dans mon atelier, à Franould, sur les hauts de Dommartin-lès-Remiremont.

Pour ce qui est des fournitures, les mécaniques de guitare et les clés de banjo sont achetées chez Helmut Schaller, en Bavière ; les clefs de mandoline chez Manuel Fustero à Barcelona ; les chevilles de cithare chez Julius Klinke en Westphalie ou Jean-Pierre Delaruelle dans l'Oise. J'achète mes cordes le plus souvent à la maison Savarez près de Lyon ou chez Lenzner, du côté de Mittenwald.

J'utilise en principe, pour tous les assemblages, la colle jaune américaine, c'est une colle vinylique irréversible. Mes épinettes reçoivent un mince fond-dur cellulosique qui les protège des salissures, elles sont ensuite polies avec un peu d'huile de lin, de propolis ou de gomme-laque.

 

 

INSTRUMENTS

Les descriptions des produits ci-dessous ne peuvent en aucun cas être contractuelles. Mon travail est en perpétuelle évolution ; les instruments ont plutôt tendance à grandir au fur-et-à-mesure des fabrications. Le choix des bois varie en fonction des disponibilités et de mes coups de cœur.



Épinette d'étude. Prix Lorrain à l'Innovation : 1993. Destinée primitivement à l'usage scolaire. Tout en érable. Robuste et sonore. Sans fond. Posée sur trois pieds. Parallélépipédique. 6 chevilles de cithare. Diapason de 56 cm. Tonalité de Do. Chromatique. Chevalet en houx. Modèle standard tout en érable sycomore. Dimensions approximatives : 66 X 7,5 X 5 cm. L'accord ainsi que les cordes à utiliser sont inscrits directement dans et sur l'instrument. Clé d'accord fournie.
J'ai réalisé un modèle plus sonore et plus riche, que j'ai appelé "à table dixyle" qui combine les aigus de l'érable à la profondeur de l'épicéa.

C'est à la fois l'épinette la plus simple, dont l'utilisation est la plus universelle... et celle dont je suis le plus fier.



épinette d'étude, table épicéa

  ouïes au pochoirdétail de tête, tout érable
détail du cordier, table en épicéaintérieur d'épinette d'étude
tête, table en merisierdétail de tête, ensemble teinté



 
Épinette d'étude en sol : même type de fabrication que le modèle précédent, mais en tonalité de G (Sol) : diapason de 63 cm. Création : 1996. Frettage sur touche réalisé par commande numérique. Pas d'ouïe. Tête en érable gravurée. Éclisses en érable, légèrement cintrées. Table en épicéa. Sonorité riche dans les gràves. Dimensions : 81 X 9 X 5 cm (hors pieds et hors chevalet). L'accord ainsi que les cordes à utiliser sont inscrits directement dans et sur l'instrument. Chevilles de cithare. Clé d'accord fournie.

D'un usage plus confidentiel que sa petite soeur en Do. Elle est appréciée des conteurs-euses.

 



Épinette de Menaurupt. Corps en poirier ou merisier, table d'harmonie en érable sycomore, fond en épicéa, chevalet en houx ou en buis. Mécaniques de mandoline : 3 & 3. Forme trapézoïdale tant en vue du dessus que de profil. Compromis de forme et de taille entre les modèles gérômois et ajolais. Chromatique. Frettes en brox (apparence du laiton). Tonalité de C : Do (Sol à vide). Système tripodique. Diapason ou longueur vibrante : 56 cm. Dimensions : 70 cm X 9 cm au cordier X 5 cm d'épaisseur, hors pieds. Chaque instrument est accompagné d'un livret et de ses 'outils' pour en jouer : plectre & bâton. Ce modèle est aussi proposé en kit.

Elles sont toutes différentes, teintées ou claires, à tables débordantes ou non, têtes sculptées, gravées ou simplement percées, filets de marquetterie, rosace..  chacune a sa propre identité.

Celle-ci est partie un peu loin des Vosges :
http://www.youtube.com/watch?v=qYXS8Iw6QQg

4 épinettes de Menaurupt, teintées ou claires


ouïe dépinette de 'Menaurupt' tête d'épinette de 'Menaurupt'


 



Épinette musée d'Épinal, appelée aussi vosgienne par mon grand-père qui l'a créée d'après celle du musée Départemental d'Épinal : photo de la pochette du CD d'Ocora Radio France; à double caisse de résonance. Corps en merisier (photo), ou en noyer (brun), ou en érable (très clair). Tables latérales en épicéa, chevalet en os (de vache d'origine non-contrôlée ! ). Ton de C : Do. Chromatique, (diatonique sur la photo ci-contre). Longueur vibrante : 52 cm. Dimensions maximales 76 X 20 X 6 cm. Tête à volute. Mécaniques de guitare (M6 de chez Schaller). Le modèle présenté est à chevilles bois. La double-caisse aux formes arrondies est sciée dans le bois massif, elle peut ainsi adopter d'autres courbes à définir avec le client.

La sonorité quoique puissante et colorée garde le caractère acidulé des épinettes traditionnelles des Vosges.

On peut l'entendre assez fidèlement sur :
http://fr.youtube.com/watch?v=CBQ_QhcgA3g


épinette "musée d'Épinal"

 


 
Épinettes bouteilles, à touche, chromatiques. Ouïes très découpées. Mécaniques de guitare. Tête et éclisses en noyer. Tables débordantes en érable, rehaussées de filets. Fond en épicéa. 6 cordes. Tonalité de G: Sol (Ré à vide). Diapason ou longueur vibrante : 68 cm. Dimensions : 85 X 10 X 6 cm.



épinettes 'bouteille'


épinette traditionnelle de Gérardmé Épinette traditionnelle de Gérardmer, c'est l'instrument issu du modèle déposé des Ménestrels de Gérardmé. En érable (tables et éclisses) et noyer (tête et placage du cordier.) Crosse sculptée, tables débordantes. Tonalité de C : Do : Sol à vide ou de Bb : Fa à vide. Diatonique. Longueur vibrante ou diapasòn : 60 cm. Dimensions : longueur : 90 cm, largeur : 11 cm au cordier, hauteur maximale hors pieds et hors chevalet : 6 cm






tête de traditionnelle de Gérardmer



Épinette du Val d'Ajol, à mécaniques de mandoline, très inspirée de celles d'Amé Lambert après 1880, en merisier et noyer. Tonalité de do. Longueur de vibration : 45 cm. Longueur totale : 53 cm. Largeur maximale: 7,5 cm. Hauteur hors pieds : 4 cm. Décor classique des ouïes : trèfle et cœur. Incrustations à la tête.
Sur ce modèle, j'ai inventé un 'sillet suspendu' pour que les cordes démarrent suffisamment bas (confort de jeu + justesse) sans réduire pour autant l'épaisseur du décor de tête au point de le détruire.


épinette du Val d'Ajol



épinette du Val d'Ajol, en quetschier Épinette du Val d'Ajol tout en quetschier (très coloré). Tête à volute. 5 chevilles de palissandre. Finition sobre vernis au tampon. Jolie mais peu sonore. Dimensions hors chevilles : 53 X 7 X 4 cm.


instrument en quetschier



épinette "oblongue" Épinette "oblongue" ou goutte d'eau, créée par Marcel Gaspard, en merisier, tables latérales en épicéa. Ton de G : Sol ; longueur vibrante : 62 cm. Dimensions : 88 X 19 X 7 cm. Son timbre tonique et foisonnant dans l'aigu convient plus particulièrement aux adeptes de l'improvisation modale. À goûter pour apprécier...
L'une d'elles est à entendre sous les doigts de Véronique Chalot :
http://www.youtube.com/watch?v=9phjz18XwHc&feature=relmfu





Grande artésienne, de concert, épinette à résonateur, 6 mécaniques Schaller de banjo. Instrument polyvalent : accompagnement du chant, de la danse, répertoire traditionnel, musique ancienne, jeu au plectre ou en arpège... Diapason de 68 cm. Dimensions 86 X 28 X 9 cm.











Si vous voulez en entendre une et la voir,

elle est depuis 2003 sur la côte West des États-Unis.

artésienne de concert
artésienne n° 38, 2003, tête à voluteartésienne n° 36, 2003artésienne n° 38, 2003
artésienne n° 36, boule de faïence, sur merisiern° 34, incrustation de nacre



 

Dulcimer en do : corps et fond en merisier. Forme de sablier (hour-glass). Tables latérales en épicéa. Touche, chevilles et chevalet en palissandre. Diatonique . 4 cordes. 4 ouïes en cœur. Diapason : 55 cm. Dimensions : 77 X 18 X 5 cm.



Dulcimer en Do Dulcimer en sol : en merisier. Table en épicéa. Touche en azobé. Forme de sablier. Diapason : 64 cm. 2ème chanterelle chromatique. 4 clés Schaller de banjo. Ouïes avec entrelacs. Chevalet en os. Dimensions : 89 X 18 X 7,5 cm.





Langeleik, copiée sur un modèle d'Olav Viken. Norwège. Tout en merisier sauf fond en épicéa, frettes, sillet, chevalet et chevilles en azobé. Tonalité de A : La (###). 2 chanterelles, 3 bourdons graves, 3 bourdons aigus. Longueur 1m03, largeur 15 cm, hauteur : 11 cm.


3 Langeleiker

 



Citera de mariage : épinette double, pour jouer face-à-face. Copie d'un modèle traditionnel hongrois. Diatonique. Longueur de vibration : 52 cm. Corps en très beau noyer. Table supérieure en épicéa. Chevilles de cithare. Dimensions : 68 X 18 X 4,5 cm.



Hexenscheit canton de Berne. Bûche de sorcière. Tête en noyer. Corps en épicéa. Dimensions : 66 X 10 X 10 cm. Mécaniques de guitare. 6 cordes.




Scheitholt : d'après le modèle de Michaël Prætorius (1619) et ceux du musée de Den Haag (1608). Chevilles bois. 4 cordes. Érable et épicéa.

Scheitholt de Michael Praetorius





psaltérion latéral

Psaltérion latéral : Le son, puissant, met en vibration les autres cordes et produit un effet mystérieux toujours très surprenant. Longueur : 60 cm, largeur maximale : 25 cm, hauteur de la caisse : 4 cm. Éclisses en érable, table en épicéa, fond en érable ou fruitier. Créneaux en noyer ou autre bois dur. Ambitus de Si3 (246,9 Hz) à Sol5 (1568 Hz), soit plus de deux octaves 1/2, ou 33 cordes. Chromatique. La rangée des altérations est parallèle à la rangée diatonique, ce qui permet un jeu chromatique de l'archet beaucoup plus aisé, moins godillant que sur les psaltérions "classiques". Le principe des créneaux en guise de sillets autorise un jeu en glissando.
Fourni avec une clef d'accord ainsi qu'un pain de colophane. L'archet est en sus. Décors d'entrelacs aux ouïes. La mallette matelassée n'est pas indispensable, mais elle évite bien des réaccordages fastidieux.


Psaltérion latéral grave : étendue de Sib1 (118 Hz) à Do5 (1047 Hz), soit plus de 3 octaves. Longueur environ 80 cm, largeur 32 cm, hauteur vers 7 cm. Même conception que le psaltérion précédent. Lien vers une page.



GALERIE D`OUÏES depuis longtemps vendues ou de nouvelles proposées à la vente







LITTÉRATURE

 



mÉthodÉpinette par Christophe Toussaint.
À l'usage des commençants comme des débutants.
Édition princeps septembre 2004. 5ème édition, mai 2012.
90 pages,
21 X 29,7.
28 partitions tablaturées et tout.


Sommaire sommaire :

Choix d’une épinette.
Du soin et de l’entretien.      
Le chevalet.        
De la compensation.        
Les cordes.       
Équivalences des diamètres de cordes acier. (mm et inch) 
Les clés.       
L’amplification.       
Les chanterelles.       
Quelles cordes monter sur une épinette en C : Do  (Sol-Do) ?   
Quelles cordes monter sur une épinette en G : Sol  (Ré-Sol) ?    
Accord de l’épinette. Mode de Do, accord “normal”.      

La tonalité.       
... ou l’art d’effacer les dièses et les bémols. 
Les modes.    
...vous dépatouiller parmi  toutes les tonalités et tous les modes.  

Jouons ! Position de l’instrument.   
Battements de la main droite. Tenue du plectre.   
Les aller-retour, exercices.      
Main gauche. Jeu aux doigts.    
Systèmes de notation. Tablatures.       
Les types de touches chromatiques.   
Sur épinette diatonique... possible...demi-tons.       

Pense-bêtes. Des comptines.  (80 morceaux)    
Les champs golot     
À la tête des corbeaux     
Jurondé       
Au bois voisin ou J’ai lié ma botte    
Mimi, voici le matin       
Le jeu au bâton (noteur ou bâtonnet).        
3 polkas de Dorothée       
Polka de Marie Richard       
Scottish “à” Tien Tien      
Chibreli ou soyotte       

Battements à trois temps.       
Exercices de rythmes à trois temps.    
Le berger       
Valse de Dorothée       
La bergeronnette       
Valse ajolaise       
Fleur d’hyménée       

Le Six-Huit.       
Mon ami me délaisse        
En passant par la Lorraine      
Mode défectif (Ré ou La).                                    L’alouette        
M’y promenant sous le vert feuillage        
The Black Nag        
Entre 2 modes, usage du chromatisme. Rossignolet du bois,..    
Childgrove       
Mode de La.                                           Conseils aux filles       
Fleurette d’Herbain       
Mode de Sol.                                       Branle de Bourgogne       
Valse de Jean-Loup      
Mode de Fa.                                                             Magali      

Épinette chromatique.                                   Polka jovienne       
Csárdás       
Arpèges. (par Jean-François Dutertre)  
La claire fontaine    
Les ornementations. Main droite.      
Les ornementations. Main droite.       
Bibliographie.      

       




 

Répertoire pour épinette, édité par l'ADDIM, de Haute-Saône.1989. Couverture quadri. Format 21 x 29,7. Partitions et tablatures : 17 airs vosgiens, 24 airs wallons sélectionnés par André Deru, 17 compositions de Jean-François Dutertre, 7 compositions de Patrice Gilbert et de Jacques Leininger, 25 compositions de Christophe Toussaint (K7 terra Incognita et Io).

épuisé



Répertoire 'Candide' en trois volumes. Autoédité. 2001. 415 morceaux. 750 pages.

Une partie "notes & compléments" sur 52 pages - qui précise, autant que possible, pour chaque morceau, l'origine du collectage, sa tonalité initiale, ses variantes, les groupes qui le pratique, les enregistrements sur vinyle et compact.
Plus de 100 illustrations, dont beaucoup de David Bourger.


 Hormis le témoignage de compositions pour les besoins de la danse, d'airs sine littera qui ne sont pas parvenus jusqu'à nous, l'épinette ne possédait, par le passé, pas de répertoire spécifique: on lui arrangeait des chansons à la mode, des chants militaires, des cantiques, tout ce qui passait par l'oreille, peut-être même des chants d'oiseaux...
Le jeu des airs traditionnels vosgiens sur l'épinette ne date que de la création des groupes folkloriques, l'inventaire se constitue pour l'essentiel de chants, de danses écrites pour l'accordéon, de variétés d'origine parisienne oubliées..


 J'ai choisi un catalogue adapté à la cithare à bourdon. Essentiellement des chants et des danses. Et si j'ai à-peu-près écumé tous les airs "vosgiens" joués par tous les groupes et musiciens traditionnels,  j'ai volontairement mis de côté les psalmodies, les iélos (chants de vachers, tels que ô bambiyo, la Saint Rémy, les wodiéill...) qui ne conviennent qu'à capella et que l'épinette desservirait. Quand le choix de plusieurs versions se présentait, j'ai toujours opté pour la mélodie la plus riche. Quant à mes sources littéraires, ce sont pour l'essentiel :
-Louis Jouve : Chansons en patois vosgien, 1876, dont j'ai retranscrit 26 morceaux.
-le chanoine Hingre, dans différents Bulletins de la Société Philomatique vosgienne, de la fin du XIXème siècle.
-les Ménestrels de Gérardmer :  Au pays des lacs, 1960 et Arts et traditions de la vallée des lacs,   1978
-Charles Sadoul, Le Pays lorrain, Nancy, 1904.

La réduction au répertoire "vosgien", nous aurait quasiment privé de la ressource de l'exploitation des modes mineurs et cantonné dans le majeur habituel, c'est pourquoi j'ai glané dans le répertoire lorrain tout ce qui était en mode autre que celui de Do.
Ce sont des mélodies simples, surtout en mode de La, aux changements de rythmes inattendus. L'exploitation que j'ai faite du patrimoine musical lorrain se défend  facilement, les Vosges faisant partie de la Lorraine. J'y ai donc emprunté quasiment tout ce qui était en mode mineur.
-chez Raphaël de Westphalen. Chansons populaires de Lorraine, édité seulement en 1977, qui comprend  420 airs, parmi lesquels quelques merveilles, et duquel j'ai repris 40 morceaux.
-Théodore-Joseph Boudet, comte de Puymaigre. Chants populaires dans le Pays Messin, 1865, qui n'en compte que 36, dont quelques mélodies ultra-simple adaptées à l'apprentissage des   modes ; duquel Puymaigre je n'ai copié que 13 pièces.
-Marie Laissy, Les Noëls Populaires Lorrains, 1977, dont j'ai transcrit 5 noëls.
-Ce qui a été enregistré par  Les Gens de Lorraine.

Pour faire bonne mesure, j'ai puisé dans le francomtois qui présente une grande richesse modale. -La Franche-Comté est proche des Vosges, à la fois géographiquement et linguistiquement ; d'autre part la présence de l'épinette y a été attestée jusque près de Belfort. Les mélodies que j'ai copiées ont toutes été rassemblées par Jean Garneret et Charles Culot, dans Chansons populaires comtoises, Besançon, folklore comtois, 1971, 1972 et 1985 ; 3 tomes qui contiennent en tout 530 morceaux, j'en ai repris toutes les chansons dans des modes autres que Do soit 38 pièces.
-L'Alsace m'a fourni quelques airs, pour la plupart des chants de noël trouvés chez le fameux  Jean-Baptiste Weckerlin, duquel j'ai adapté 18 chants.
-J'ai aussi glané chez Henri Davenson, Le Livre des Chansons, Neufchâtel, 1946 : 32 airs et chez d'autres auteurs plus éloignés des Vosges. Mais je n'ai pas de justification à donner : pourquoi se priver du plaisir de jouer et chanter ces si belles mélodies ?

J'ai tâché de réunir, écrire, copier tout ce qui a pu être enregistré, au moins sur vinyle et CD. C'est donc ce que pratiquent des épinettistes tels que notamment Jean-François Dutertre, Jean Ribouillault, Gilles Péquignot,
André Deru, Thierry Legros, Jacques Leininger, Patrice Gilbert.


Jusqu'à 172, des morceaux en mode de Do, vosgiens pour les trois quarts.
C'est le premier tome.
Avec une partie méthode.


Le deuxième volume de 253 pages est constitué de :
Les pièces de 173 à 185 se jouent à deux épinettes, l'une en majeur, l'autre
en mineur.
De 186 à 212, mode de Ré ou de La
Les pièces de 213 à 231 sont en mode de Ré.
Et de 237 à 313, mode de La.


Troisième tome : de 314 à 415
Morceaux hors modes, nécessitant l'emploi d'une épinette chromatique
+ un index alphabétique avec plus de 600 entrées.



 

Le porte-notes. 40 compositions inédites de Claudine Buffet (Namur). Dessins de Michel Matagne. Partitions et tablatures.

épuisé


Épinettes des Vosges et d'Europe. Par la Fédération départementale des Foyers ruraux des Vosges. Catalogue de l'exposition de Socourt, septembre 1997. 30 pages. 23 photos couleur et n b. Textes de Guy-Jean Michel, Jean-François Dutertre, Patrick Delaval (Nord), Hubert Boone et Wim Bosmans (Belgique), Jacques Leininger (langeleik de Norvège). Format 21 x 21.

épuisé


L'épinette du Nord. Édition du centre socio éducatif de Hazebrouck. 1997. 160 pages. Abondamment illustré. Remarquable travail de Patrick Delaval.


Fabriquons une épinette des Vosges. Tiré à part de Joson, l'almanach des Vosges, 1984. 4 pages pour se faire un instrument simple avec peu de matériaux et peu d'outils.


PHONOGRAMMES



The blue mountain dulcimer CD. CT03.

L'épinette des Montagnes Bleues. Chistophe Toussaint playing his Blue Mountain Dulcimer. 1993. Enregistré à l'église du Haut du Tôt. Autoproduit. DDD. Traditionnels vosgiens, francomtois... et compositions, épinette et chant. Durée : 1 heure. Lien vers des extraits de presse


Extraits de musiques issues du CD Blue Mountain Dulcimer (format MP3, 128Kbps).
Télécharger La_vieille_femme_amoureuse(extrait).mp3Télécharger La vieille femme amoureuse (663 Ko)
Télécharger Camaïeu_pour_Armand(extrait).mp3Télécharger Camaïeu pour Armand (705 Ko)



 

K7. MSB136.

Terra Incognita. 1985. (Du 33T du même nom, épuisé.) Environ 41 mn. Uniquement des compositions personnelles. Presque exclusivement instrumental. Musique relaxante. Binaire et syncopée.

épuisé




K7. IO.

Io. 1989. Environ 41 mn. 11 compositions personnelles, dont 3 chants. Flûte traversière, clarinette ou trompette associées à l'épinette dans quelques morceaux. Musique modale assez technique voire dissonante, d'une écoute moins aisée que Terra Incognita.

épuisé



K7. LHO692.

Entre Jonquilles et Brimbelles. 1992. Joué par la jeune génération des Hattatôs, groupe folklorique local. Essentiellement des airs traditionnels locaux.

épuisé



CD. ILD621004.

Épinette des Vosges. L'atout vosgien. 1992. Production du Conseil Général. 11 formations ou solistes du département des Vosges. Traditionnel. Baroque. Compositions. Livret de 30 pages présentant les musiciens et un aperçu historique et organologique de l'épinette.

épuisé

L'atout vosgien

 



K7. ILD721004.

Épinette des Vosges. L'atout vosgien. La même chose que le CD. 11 formations ou solistes du département des Vosges. Traditionnel. Baroque. Compositions. Livret de 30 pages présentant les musiciens et un aperçu historique et organologique de l'épinette.

 



L'épinette des Vosges, Ocora Radio-France CD. C 560122.

France. L'épinette des Vosges. Ocora Radio France. 1997. Durée totale 58'40. Jean-François Dutertre, Jean Ribouillault, Christophe Toussaint. Essentiellement du traditionnel, un peu de chant. Techniques de jeu variées. Livret de 40 pages (français, english, Deutsch

                                  






CD. Marijke. Dépôt légal DLS-20061017-9359
Composé de chansons populaires de Lorraine, Franche-Comté et Alsace essentiellement : une 20aine d’airs agrémentés d’intemezzos instrumentaux, pour la plupart des branles de la Renaissance. J’ai notamment puisé dans les recueils et travaux de collectage de Jean Garneret et Charles Culot, Raphaël de Westphalen, Théodore-Joseph Boudet comte de Puymaigre, Jean-Baptiste Weckerlin, Vincent d'Indy, Léonard Terry & Léopold Chaumont, Edmond de Coussemaker, Henri Davenson... Durée totale : 1 heure & 17 mn. 23 titres, mais 32 morceaux.
Pour la liste des morceaux ainsi que le contenu du livret, cliquez sur Marijke


jaquette en plaquage du CD 'Marijke'

jaquette en plaquage du CD 'des Brim Belles' CD. Des brim belles. Dépôt légal DLS-20061017-9360
Presque seulement de l’instrumental. C’est, pour la plupart, des airs gérômois et ajolais, mais aussi de Saint Dié ou de Raon l’Étape. De l’hymne vosgien hyperconnu au rondiot complétement inédit. Durée totale : 58 mn. 25 titres. Livret de 10 pages.
Pour la liste des morceaux ainsi que le contenu du livret, cliquez sur
Des brim belles.


Il s'agit de mélodies traditionnelles en français, patois lorrain, allemand et flamand jouées et chantées sur mes épinettes, mais aussi sur un autoharp, plus exactement un « Müller's Akkordzither », qui compte 39 accords différents (der zählt bis 39 verschiedene Akkorden : jede Taste läßt sich in drei Positionen rücken. Um 1920.) Instrument méconnu, à la fois d'une grande simplicité de jeu et d'un pouvoir harmonique certain. c'est plus clair, bien que mal enregistré sur YouTube.
Quelques instrumentaux traditionnels ponctuent les mélodies à textes.
Sortie décembre 2010.
Plus d'info sur ce lien : CD. Épilobe. 19 titres.
Ce qu'en dit Jean-Luc Matte.
alinéa : mis en ligne le 13/03/2011


jaquette du CD épilobe


Laure Gravier

1 - valse de Dorothée, épinette + chant

2 - Laure Gravier parle

3 - valse de Dorothée, épinette soliste  
(extrait mp3)

4 - deuxième valse de Dorothée

5 - 2ème, 1ère puis 3ème polka de Dorothée

6 - une valse allemande (?)

7 - la petite Lucienne, épinette & chant (extrait)

8 - la bergeronnette à deux voix, avec sa nièce Chantal Regennass


                             Lucie Thiery

9 - polka du pré P'titjean

10 - fleur d'hyménée

11 - mon berger (?)

12 - Mimi, voici la nuit

13 - la soyotte

14 - valse d'Alice Marchal (?)

15 - l'oiseau blanc (extrait mp3)

16 - polka de la Haie-Griselle


                            Louis Viry

17 - valse à Pépère

                                           
CD. Compilation.


17 titres joués à l'épinette par 


Laure Gravier (1898-1970), de l’Hôtel-Enfoncé, Le Val d’Ajol

Lucie-Alice Thiery (épouse d' Auguste Marchal), (1910-2003), Gérardmer

Louis Viry (1903-1998), Les Truches, Rochesson

Digitalisé, nettoyé et mis en galette par Christophe Toussaint.






 

Retour au sommaire